06 40 23 00 79 contact@vooter.co
Si les dispositifs de démocratie locale fleurissent, la participation escomptée n’est pas toujours au rendez-vous. Les instances et les outils sont là ; mais qu’en est-il de la volonté citoyenne de s’impliquer ? Rendre la participation citoyenne plus ludique peut-il constituer un moyen de dynamiser l’image de la démocratie locale, et de favoriser l’implication ?

 

Développer la créativité citoyenne et susciter l’envie de participer

 

Le mot “ludique”, qui puise ses racines dans le latin, signifie à l’origine “jeu, amusement”. Alors que l’univers du jeu est largement associé à l’enfance, on a pourtant tendance à oublier qu’il n’est pas réservé qu’au jeune âge. Certes, le jeu occupe un rôle-clé dans l’éducation et dans le développement du système cognitif dans les premières années de la vie ; mais il demeure, à tous les âges, un moyen d’apprendre, et de libérer sa créativité.

 

Or, pour inventer la société de demain et se projeter dans le futur de son territoire, la créativité constitue un ingrédient-clé, parfois inhibé par un excès de normes et de cadres. Le recours au ludique devient alors un moyen de s’affranchir de certains blocages, pour libérer ses idées, sa parole, proposer une vision innovante. De même, un citoyen peu engagé dans la vie locale aura davantage tendance à faire un premier pas dans les dispositifs participatifs si ceux-ci attisent sa curiosité, suscitent son intérêt, lui donnent envie de s’impliquer… ce à quoi le jeu et la pédagogie peuvent apporter un élément de réponse.

 

Une multitude de formats existent déjà ou sont à imaginer pour introduire des axes ludiques dans la participation citoyenne : ateliers de créativité pour accompagner les débats citoyens, jeux de rôle, boîtes à outils citoyennes, conférences gesticulées… En outre aujourd’hui, le numérique dispose d’un potentiel important dans le développement de la culture participative par le jeu. Ainsi, le développement des serious games, moocs, ou du gaming, dont le potentiel pédagogique est majeur, sont autant de nouvelles opportunités de rendre la participation citoyenne plus ludique.

Pédagogie et éco-citoyenneté : l’exemple d’Epinay-sur-Seine

 

La ville d’Epinay sur Seine (Seine-Saint-Denis) engagée dans une démarche de sensibilisation de ses habitants  à l’éco-citoyenneté, recourt depuis novembre 2017 à une méthode originale et ludique pour susciter l’engagement des citoyens sur cette thématique. À échéances régulières, la ville diffuse à ses habitants une série de quizz thématiques visant à la fois à les informer, à les sensibiliser, et à orienter leurs pratiques vers un comportement plus responsable.

 

Par l’intermédiaire de Vooter, les habitants reçoivent sur leur application mobile ou web un quizz sur un sujet précis : gestion des déchets, énergie, ou éco-consommation, par exemple. Chaque quizz thématique est découpé en trois temps. Une première question “PRATIQUE” interroge le citoyen sur son comportement (ex : “Lorsque vous récupérez votre téléphone après la charge, débranchez-vous également votre chargeur de la prise ?”), pour l’inviter à prendre du recul sur ses habitudes. Une deuxième question “CONSCIENCE” propose ensuite une ouverture sur un élément factuel en lien avec la question précédente (ex : “Selon vous, votre chargeur consomme-t-il de l’énergie lorsqu’il reste branché sur la prise ?”). Dans un troisième temps, le répondant consulte la réponse grâce à une question “LE SAVIEZ-VOUS” (ex : “Lorsque votre chargeur reste branché, il continue de consommer de l’énergie, c’est pour cela qu’il est chaud !”), et donne des pistes d’approfondissement pour creuser le sujet.

 

Cette initiative permet aux habitants d’être informés, sensibilisés, et de développer leurs comportements éco-citoyens, via un format facile d’accès, simple, interactif. De tels procédés sont reproductibles et utilisables dans d’autres contextes, et pour répondre à tout type de problématiques.

En conclusion : attention à ne pas brouiller le message !

 

Si le jeu et la pédagogie peuvent constituer des leviers de la citoyenneté et de la participation, ils n’en sont que les instruments : leur utilisation doit être vue comme un support, qui met en valeur le fond du sujet, en incitant le citoyen à faire un premier pas dans la participation citoyenne. La forme ne doit pas remplacer le fond, et une attention toute particulière doit être placée sur le message.