06 40 23 00 79 contact@vooter.co

On voit beaucoup revenir ces derniers temps l’expression de “Smart City” ou ville intelligente. Cette ville du futur, articulée par nombre de flux numériques, objets connectés et capteurs visant à rendre autonome un espace et d’améliorer la qualité de vie de ses habitants. Cependant, et c’est bien là le défi des “Smart Cities”, l’apport des innovations technologiques n’est pas le point culminant d’une ville intelligente. La ville intelligente sera celle qui saura créer une intelligence collective, symbolisée par l’intelligence humaine.

 

Qu’est-ce que l’intelligence collective ?

 

L’intelligence collective est un processus propre à la gestion des ressources d’une communauté. Dès lors, elle englobe l’ensemble des champs d’une communauté (économique, environnementale, sociétale..) et résulte à tendre vers des éléments de réponses définis par l’interaction des membres de cette même communauté. C’est-à-dire une mise à plat de l’ensemble des compétences et ressources humaines individuelles vers une centralisation collective faisant valoir l’intérêt général. Vous l’aurez lu entre les lignes, l’intelligence collective est la capacité à prendre des décisions collectivement afin que celles-ci soient “meilleures”.

 

Pour les collectivités territoriales, le contexte actuel impose une maîtrise de leurs actions. Les outils numériques, avec l’open data des décisionnaires, deviennent des moyens indispensables dans l’élaboration d’une intelligence collective au service de l’aménagement durable des territoires.

 

L’intelligence collective au coeur de la ville de demain ?

 

Comme abordé en début de billet, l’intelligence collective est le défi des villes de demain. La finalité n’est pas l’introduction maximale du numérique dans les villes, vision plutôt technique, mais bien la prise de décisions “optimales” remise entre les mains d’une communauté impliquée.

 

Le challenge est d’amener les membres d’une communauté à être capable, à travers l’information et la communication, de générer une coopération pour que la smart city soit mieux organisée et profitable à ces habitants. La “Smart City” ne dégage un intérêt que si ce sont les “Smart Citizen” qui développent la ville de demain.

 

Le numérique a toute sa place dans le processus de facilitation d’échange au sens coopératif du moment où il n’est pas perçu comme une finalité, ce qui amènerait à creuser les inégalités existantes.